(Test) Remember Me

mini blog

Après l’avoir tant attendu, j’ai enfin pu tester Remember me, le petit jeu made in france de Dontnod Entertainment. Cette petite société française s’est lancé dans l’aventure du jeu video avec ce premier opus plutôt réussi et qui se voit édité par Capcom. D’abord présenté à la Gamescom de Cologne en 2012, c’est vraiment grâce à sa présentation pendant l’E3 de cet été que j’ai eu une envie irrésistible de faire chauffer la console. Et c’est ce que j’ai enfin pu faire avant hier et autant dire que ce jeu cache un beau potentiel! C’est partit.

 

Néo-Paris, 2084. Nilin, ancienne « chasseuse de mémoire » d’élite, est incarcéré dans une prison de haute sécurité. Les agents, effrayés par ses capacités et ayant peur de ne pas pouvoir la contrôler, lui ont effacé la mémoire. Elle réussit pourtant à s’échapper avec l’aide d’un ancien ami nommé Edge et décide de tout faire pour récupérer ses souvenirs et comprendre ce qui s’est passé.

Le jeu est à peine glissé dans la console, que le ton est donné. Un menu futuriste nous permet de choisir le niveau de difficulté avant de se lancer dans l’aventure. L’histoire commence donc à Paris et nous prenons les commandes de Nilin, alors qu’elle semble faire ses derniers pas dans la prison. Elle n’a déjà plus de mémoire et nous découvrons avec elle cet univers étrange.

Le temps de prendre les commandes et de s’échapper cet endroit, passant à 2 doigts de perdre totalement la mémoire, la voilà perdue dans ce Paris futuriste. Et là c’est la découverte d’un paysage vraiment soigné ou les détails se multiplient. On a déjà envie de se perdre dans les rues pour observer les décors, les robots, les scènes qui se déroulent sous nos yeux dans une peinture digne des films de science de fiction. La technologie y est bien ancré jusqu’aux affichages publicitaires. Il n’y a pas d’enseignes ou d’horaires d’ouvertures sur les supermarchés par exemple. C’est en passant devant que toutes les informations s’affichent virtuellement.

 

  

(cliquez pour agrandir)

 

Après avoir réussie à lâcher cet environnement (j’avoue, je continu de flâner assez souvent…), on se lance dans l’aventure. Un scénario vraiment intéressant et poussé, qui nous amène à découvrir le gameplay: ses capacités et surtout les phases de combats, qui ont étaient extrêmement bien pensés. Fini le temps ou on faisait X pour taper du poing et Y pour taper du pied. Là on retrouve les combo des grands jeux de bastons comme Soulcalibur ou Street Fighter.

En effet, c’est à nous de faire nos combo en plaçant les coups de manière intelligente dans des lignes pré établies, sachant que plus ont les place loin sur la barre de sorts, plus ils sont efficaces. Si au départ, elle n’a que 3 coups, en avançant dans l’aventure on débloque des souvenirs et donc des capacités de combats. Il n’y a donc aucune place pour la hasard et c’est là toute la difficulté car si vous vous ratez, vous n’avez plus qu’à recommencer. Ajoutez à ça de supers pouvoirs et sa capacité de remix de la mémoire qui vous permet de plonger dans la tête d’autrui et de remanier leurs souvenirs à votre avantage et vous avez une héroïne sexy, à la mobilité digne d’une Lara Croft!

 

  

(cliquez pour agrandir)

 

Même si je ne l’ai pas encore terminé (je suis à 50%) ce 1er opus est très positif! Néanmoins, il y a des critiques à faire comme notamment le fait que le jeu est un couloir. On a mortellement envie d’ouvrir les portes des supermarchés et des bars que l’on croise ou même discuter avec les gens que l’on rencontre et pourquoi pas les bousculer? C’est assez frustrant mais heureusement le scénario et les richesses des détails ne nous laissent pas le temps de bloquer sur les points faibles.

Côté graphisme il est vraiment beau même si les jeux à venir prochainement risque définitivement de le classer dans la catégorie « peux mieux faire ». Niveau bande son, il n’y a rien à dire. Elle correspond totalement à l’univers et n’est pas sans rappeler des films comme Blade Runner. C’est simple et bien posé.

Néanmoins, il y a un point négatif, qui concerne le doublage. Le décalage son/lèvres est assez fréquent et c’est quelque chose qui me gêne vraiment car ça rend l’immersion plus difficile. On suppose donc que le jeu a d’abord était doublé en anglais, avant de passer par la case française et c’est bien dommage (enfin j’espère, parce que sinon ils se sont vraiment raté…)

 

 

Au final, même si ce n’est peut être pas le jeu de l’année (comparé à des blockbuster comme The Last of Us), je m’y éclate totalement et je suis fière de voir la patte française entrer dans le monde des jeux vidéo avec autant de force! Je le conseil vraiment même si je pense que les frileux de science fiction pourront s’en passer et ne sauront pas apprécier l’inventivité de ce jeu.

Pour ma part je m’éclate sur mon pad de la même manière que quand je place mes coups dans SoulCalibur ou GuiltyGear… et je dois avouer que même en mode normal, les combats sont vraiment hard, tant il y a de choses à maîtriser et donc de possibilités. C’est un croisement entre les films Johnny Mnemonic et Blade Runner et l’athmosphère générale m’a agréablement rappelé l’anime Ergo Proxy, pour ceux qui connaissent. Alors avis aux amateurs, foncez le tester!

site officiel de Dontnod

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply


Powered by WordPress | Designed by: SharePoint
Personnal design and integration by Pixie