Ready Player One | Otohime

Ready Player One

mini blog

Ca y est \o/ J’ai enfin pu sauter dans ma voiture pour atteindre une salle de cinema digne de ce nom et enfin voir l’adaptation cinématographique du livre Ready Player One de Ernest Cline et… et c’est une réussite! Partagée entre excitation et inquiétude, ce fut finalement un vrai bonheur geek, porté par une bande son aiguisée et des références à gogo. Et Steven Spielberg n’y est pas étranger! Maîtres des effets spéciaux, il prouve une fois de plus qu’il est le roi de la S.F. et il nous en met plein la vue sans trop en faire. Ce fut un vrai régale, que ce soit lors du passage dans le monde virtuel ou lors des phases de combat… et quel pied de voir ce Gundam entamer un combat contre Mecha Godzilla!!! On sent qu’il s’est éclaté et il nous le transmet bien.

It’s done! I finally had time to watch Ready Player One‘s movie and I had a great great time! If the movie is not showing all the story of the book (the real life scenes are too shorts and it’s a little bit sad), all the OASIS moments are great! Effects are amazing thanks to Steven Spielberg who is definitly the master of science fiction. What a pleasure to hear amazing musics and… the Gundam scene versus mecha Godzilla was awesome. Of course it’s not as profound as the book is but it’s an excellent geek moment!

 

 

En tant que fan du bouquin, c’est une excellente version cinématographique même si certains journalistes se focalisent sur le nombre de licences affichées car oui les clins d’oeils et apparitions sont nombreuses: Retour vers le Futur, Breakfast Club, Akira, Street Fighter.… mais c’est l’essence même du livre. Néanmoins les références de ma génération (années 80) sont plus nombreuses et surtout réalistes par rapport à l’histoire alors voir l’avatar de Tracer dans Overwatch… ça m’a fait sourire mais ça ne m’a pas plut car non ce n’est pas le but de ce livre et ca n’a rien à y faire! Les références sont plus poussées et certaines sont ici trop faciles… 

Néanmoins on peut dire merci à Spielberg. Comme l’auteur l’explique lui même dans une récente interview, son livre écrit en 2011 n’arrivait pas à être édité. Personne n’en voulait… puis par chance ça a marché, notamment parce que Steven S. lui même a avoué en être fan. De là, c’est devenu un best-seller aux Etats-Unis bien qu’il ce soit fait très discret par chez nous.

Rapidement, son livre a reçu plusieurs propositions de film mais c’est celle de Spielberg qui a permis de lancer l’aventure, à la grande joie de Ernest Cline. Pourquoi? Parce que le bouquin regorge de licences qu’il était quasi impossible d’avoir dans le même film et la renommée de Steven Spielberg a permi de tout déclencher même si on comprend à regret que Namco n’a pas donné son aval pour Pacman et c’est bien dommage, ce jeu étant important.

Mais en même temps, comment transposer en 2h un livre véhiculant pour de 20 ans d’imaginaire? Impossible. C’est là que Spielberg a bien compris qu’il fallait favoriser le jeu video, le divertissement, les clins d’oeils… Si on peut reprocher le peu de moment dans la réalité qui est pourtant bien plus importante que ne le prétend le film, c’est une réussite.

Côté casting, rien à dire, ça passe tout seul. Le choix de ne pas avoir mit quelqu’un de celèbre au premier plan est une excellente idée et permet totalement de se projeter.

  

  

(cliquez pour agrandir)

 

Allez foncez le voir, amis Gam3R & G33k !!!

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply


Powered by WordPress | Designed by: SharePoint
Personnal design and integration by Pixie